Je vous envoie, je vous joins ou je vous transmets ma candidature : Tout ce qu’il faut savoir
5 (100%) 1 vote

Lors de l’envoi d’une lettre de motivation pour une candidature dans un secteur qui vous intéresse, ou tout autre missive administrative : qui n’a jamais eu un doute au moment d’écrire je vous envoie, je vous joins ou je vous transmets mes documents ? Conjugaison, orthographe ou encore grammaire : ne plus faire cette erreur, c’est augmenter vos chances d’être pris au sérieux. Et par extension : d’être recruté.

Je vous envoie, je vous joins et je vous transmets

La paperasse administrative nous impose souvent à fournir des pièces justificatives ou à remplir des documents pour ensuite les renvoyer. Pour cela, nous avons tous, à un moment ou un autre, besoin d’envoyer, de joindre ou de transmettre des informations (ou n’importe quelle autre pièce-jointe d’ailleurs).

Il peut s’agir d’une candidature au poste de vos rêves, d’une réclamation auprès d’un service client, d’une demande de remboursement ou même d’une correspondance un peu plus joyeuse. Pour ne citer que trois exemples : « Je vous envoie un bouquet », « je vous joins tout mon amour », « je vous transmets mes meilleurs voeux. »

Alors que ces trois verbes sont synonymes, avec « je vous adresse » et « je vous fait parvenir (par la présente) », l’utilisation de « joindre », « envoyer » ou « transmettre » nécessite que vous le conjuguiez de la bonne manière. Fautes d’orthographe, de conjugaison ou de grammaire ne feront que baisser votre crédibilité vis-à-vis du destinataire. Bien que cela soit moins grave dans le cas d’un échange avec un ami.

Je vous envoie, je vous envoi ou je vous envois ?

Envoyer. Un verbe pourtant bien éloigné de « Voir ». Comment l’écrit-on correctement ? Conjugué à la première personne du singulier, le verbe de premier groupe « Envoyer », s’écrit de cette manière : « Je vous envoie ». Que vous envoyez votre document officiel à une ou plusieurs personnes ne change pas sa terminaison.

« Je vous envoie » est souvent écrit par les candidats « Je vous envois ». L’erreur vient probablement d’une confusion avec « Je vois ». Le verbe « voir » étant un verbe du troisième groupe, celui-ci prend alors un « S ». Ce qui n’est pas le cas d’« envoyer ». Au futur, on écrit à la première personne : « Je vous enverrai ». Cela devient « Je vous enverrais » au conditionnel (si vous n’être pas sûr de procéder à l’envoi).

Et que penser de la formule « Je vous envoi sans faute » ? La confusion vient cette fois du nom « Envoi ». Au pluriel : des envois. Un envoi postal, des envois postaux.

Je vous joins, je vous joint et ci-joint

Que faut-il penser de verbe Joindre, qui sert à introduire le fait qu’un document annexe soit attaché au courrier. Étant un verbe du troisième groupe, la première personne du singulier prend obligatoirement un « S ». La bonne orthographe est ainsi « Je joins », à ne pas confondre avec un joint. Non seulement on n’écrit pas « Je joint », mais en plus ce mot sert à désigner les joints d’étanchéité et les roulés au cannabis…

Comme pour n’importe quelle règle : « Je vous joins » conserve son « s », même avec la présence de « vous ». Pourquoi ? Car le sujet est encore « je » – vous continuez d’être la personne à joindre le document, peu importe le nombre d’expéditeur ou le degré de respect que vous avez pour celui-ci.

« Ci-joint » ou « ci-joins ». Inconditionnellement, on écrira « ci-joint » avec un « T ». En revanche, lorsque cette expression est utilisée après le nom, celui-ci s’accorde en genre et en nombre – il a alors de rôle d’un adjectif qualificatif. Lorsque utilisé avant le nom, il a le rôle d’un adverbe et donc : reste invariable.

Je vous adresse ci-joint, mon curriculum vitae.
Ci-joint, veuillez trouver mon CV et ma lettre de motivation
Vous trouverez ma lettre de motivation ci-jointe, ainsi que mon curriculum vitae.

Pour information, l’action de joindre, elle, s’appelle un jointement – pouvant également s’orthographier comme jointoiement.

Je vous transmets ou je vous transmet ?

Le verbe transmettre, comme le verbe joindre, fait partie du troisième groupe. Le radical étant « transmet », on aura plus qu’à ajouter un « S » à la première personne. Ainsi, on ne doit pas écrire « Je vous transmet en annexe ma facture », mais « Je vous transmets ». Par exemple :

Je vous transmets mes coordonnées.
Je vous transmets mon email (courriel).

L’action de transmettre, elle, est une transmission.

Nous l’aurons compris : les phrases « Je vous envois », « je vous transmet », « je vous joint » ou même « je vous envoi » doivent être bannies de nos documents, de nos dossiers de candidature ou tout autre écrit. À la place, « Je vous envoie » avec un E, « Je vous joins » avec un S et « Je vous transmets » avec un S.