À la fin d’une lettre de motivation ou d’une candidature par mail, « Je vous prie d’agréer » ou « je vous prie de croire » sont deux formules de politesse très utilisées par de nombreux candidats. Pourtant, mal conjuguées, mal orthographiées ou mal utilisées, ces deux expressions de gratitude peuvent faire tout l’effet inverse : vous faire échouer dans votre recherche d’emploi.

 

Je vous prie d’agréer ou bien je vous pris d’agréer ?

Vous êtes en train d’écrire votre lettre de motivation et vous avez un énorme doute sur l’orthographe et la conjugaison du verbe ? Faut-il écrire je vous pris d’agréer, je vous pries d’agréer ou bien je vous prie d’agréer ? En résumé : « is », « ies » ou « ie » ?

Nous ne faisons pas durer le suspense plus longtemps : on écrira bien « ie ». Que vous soyez un homme ou une femme : la première personne du singulier du verbe « Prier » au présent, donne « Je prie ». Contrairement à ce que 70% des français peuvent bien penser : il s’agit bien du verbe « Prier » et non « Prendre ». « Je vous prie de croire en l’expression de mes salutations distinguées » revient à dire « Je vous en prie : croyez en l’expression de mes salutations respectueuses » (on évitera toutefois de placer cette dernière tournure de phrase dans un document important).

C’est en remplaçant « Je » par « Nous », que la nuance devient évidente. « Nous vous prions de bien vouloir recevoir l’assurance de » – plutôt que « Nous vous prenons ». Un excellent moyen mnémotechnique pour ne plus vous tromper et éviter cette erreur donc !

Et que donne Je vous prie d’agréer au pluriel ? Si par « vous », on souhaite faire allusion aux membres d’un jury par exemple, plutôt que le vouvoiement de politesse ? Et bien la locution verbale reste identique : l’accord reste au singulier. Pratique, non ?

 

Une formule de politesse soutenue

Que vous soyez chômeur, étudiant ou en pleine reconversion professionnelle : tout le monde s’accordera à dire que cette locution particulière, n’est qu’une sorte de civilité automatique. Une révérence courtoise à valeur quasi-obligatoire. Comme si « Je vous prie » n’était pas assez soutenu comme ça, il fallait en plus accompagner cette parole du verbe « agréer ». Pourquoi faire compliqué quand on peut faire plus simple – et surtout bien plus naturel ? En plus d’être une des méthodes de prédilection pour clôturer une lettre ou joindre un CV, elle sert surtout à souligner avec tact, tant votre éducation que votre bienséance. Or cette étiquette, autrefois nec plus ultra des bonnes manières, est aujourd’hui utilisée à tort et à travers.

Employée à outrance et systématiquement dans tous les documents administratifs et transferts de document, elle ne fait que perdre de plus en plus de son éloquence. « Je vous prie de bien vouloir », « je vous prie de recevoir » mais aussi « je vous prie de m’indiquer », « je vous prie de ne pas hésiter », « je vous prie d’accepter » ou même « je vous prie de trouver ci-joint ». Or, la langue française possède un vocabulaire suffisamment varié, pour exprimer une reconnaissance ou une proposition sans forcément faire appelle à ce genre de lyrisme désuet.

 

Je vous prie d’agréer madame, Je vous prie de croire monsieur & autres synonymes

Opter pour une formule de politesse moins soutenue, c’est se démarquer de la majorité des candidats. Après tout, vous êtes jeune et vous n’écrivez pas au Président de la République, mais à un simple recruteur – et il est même possible que ce recruteur en question, ait votre âge !

Tandis qu’il ne s’agit pas juste d’une question d’âge, mais de respect, cette formule perd de son sens lorsqu’elle est utilisée hors contexte. Pire : elle peut montrer un certain manque de créativité, une trop grande conformité et droiture d’esprit.

Ainsi, pour peu que votre candidature et votre lettre de motivation soient destinées à une jeune entreprise de design, il est même possible que l’utilisation de cette suite de mots, ne vous valent d’échouer.

Pour clore votre candidature, avant le célèbre « Cordialement », il est possible de remplacer « Je vous prie d’agréer mes sincères salutations » par « Je vous transmets … » ou encore « Veuillez recevoir … ». Des expressions bien plus naturelles et spontanées donc. À condition que le reste de votre document soit écrit de manière rigoureuse et que les conditions s’y prêtent bien sûr.

 

>> À lire aussi : Comment bien relancer votre candidature <<