Bien relancer un recruteur après un entretien d’embauche, ne s’improvise pas ! Faisons le point sur les 7 éléments les plus importants.

Vous êtes-vous déjà demandé si la relance était une étape centrale dans le processus de recrutement ? Probablement, vous n’avez pas vraiment étudié la question avant d’avoir un réel besoin de connaître la réponse. Et celle-ci est unanime : Oui. Un très grand Oui.

L’entretien de motivation, signifie aussi bien pour un salarié désirant changer de métier, un étudiant cherchant un stage ou encore un chômeur, de montrer tant sa pertinence pour la position offerte, que sa motivation. Certains DRH et responsables des recrutements attendent impérativement une relance de la part des candidats – et encore plus une relance par mail après l’entretien d’embauche !

 

Pourquoi ? Tout est question de motivation encore une fois. Par le biais d’un appel téléphonique, de l’envoi d’un webmail ou même en se déplaçant directement sur place, nous prouvons notre implication dans notre candidature et la proactivité dans notre recherche d’emploi. Relancer un recruteur est indispensable lorsque vous n’obtenez pas de réponses après un certain délai.

Comment le faire avec tact pour que celle-ci joue en votre faveur ?

 

Relancer un recruteur, point n°1 : Être concis

Il s’agit d’une relance professionnelle, tâchez donc de faire simple et de rester concis. Par mail, ces quelques lignes ont pour but de rappeler votre candidature au manager de l’entreprise. Elles n’ont pas pour vocation de convaincre, mais simplement de faire une piqûre de rappel. Moins elle possède de phrases, le mieux. Par téléphone, relancer un recruteur en vue d’obtenir un entretien de recrutement, suit la même logique : ne vous attardez pas, restez professionnel.

 

Relancer un recruteur, point n°2 : Être pertinent

Votre relance doit avoir au minimum 3 objectifs. Rappeler à votre futur employeur que vous êtes motivé, obtenir plus d’informations sur le déroulement des sélections, et enfin : avoir une dimension stratégique. Une erreur fréquemment commise par la majorité des candidats, est de se focaliser uniquement sur ce deuxième objectif. Soyez pertinent avec la stratégie de vente, que vous avez mis en place, dans votre lettre de motivation et votre CV. Relancer un recruteur doit se faire de façon très rationnelle. L’entreprise cherche un designer industriel ? En théorie votre créativité est le fer de lance de votre lettre de motivation. Gardez la même dynamique et faites en sorte que ce trait ressorte dans votre relance.

 

Relancer recruteur, point n°3 : Bien choisir son moment

Tout est dans le moment. Une relance trop tôt et le PDG de la société pensera que vous êtes impatient. Une relance trop tardive et les candidatures seront closes. Il suffit de taper “Relancer recruteur” sur internet, pour se rendre compte de toute l’importance du juste moment. Malheureusement, choisir le bon moment pour contacter le responsable, se fait au cas par cas. Dans un ordre d’idée, une petite start-up aura  une procédure de sélection bien plus courte qu’une grosse multinationale. Pour la première, une relance 3-4 jours suivant la date de clôture des candidatures est acceptable. Pour la dernière, il faut compter au moins une semaine. Essayez de voir dans quelle catégorie cette entreprise se situe.

 

Relancer recruteur, point n°4 : Bien choisir le destinataire

Un message, pour être bien communiqué, doit être transmis au bon destinataire. Envoyez votre relance au service après-vente, et il est peu probable que celle-ci finisse entre les bonnes mains. Plus votre mail ou votre appel est ciblé sur un décideur, et plus votre message aura d’impact. Reprenez l’offre d’emploi : y a-t-il une adresse mail, un numéro de téléphone ou un nom ? Transmettez votre lettre de relance à cette personne.

 

Comment relancer un recruteur, point n°5 : Bien choisir son moyen de communication

Courrier électronique ou téléphone ? Éternelle question, mais finalement pas si compliquée que cela. Chaque entreprise a son canal de communication préféré. Regardez l’annonce que vous avez trouvé sur internet. Est-ce un numéro de téléphone ou bien un mail qui est communiqué ? Le téléphone est généralement plus humain, plus spontané mais vous avez moins le droit à l’erreur. L’e-mail, lui, vous permet de bien organiser vos pensées et vos arguments.

 

Comment relancer un recruteur, point n°6 : Bien choisir son heure

Comment relancer un recruteur pour que votre message soit lu, lorsque le décideur est disponible ? Essayez d’anticiper ses horaires de travail. Il est déconseillé d’envoyer sa relance le lundi. Et pour cause : c’est probablement le jour de la semaine où il a le plus d’email à traiter. Par mél, favorisez le mardi ou jeudi matin, vers 9h. Par téléphone, visez plutôt la fin d’après midi, lorsque tous ses rendez-vous téléphoniques auront déjà eu lieu.

 

Relancer un recruteur, point n°7 : Ne pas se montrer insistant

La dernière chose dont vous voulez, c’est diminuer vos chances de décrocher le poste, à cause de ce dernier message que vous lui avez envoyé. Soyez léger dans votre email ou au téléphone. Ne soyez pas surtout pas insistant ! C’est le deal-breaker par excellence : cela vous ferait passer pour une personne impatiente et peu à l’écoute.

 

Relancer un recruteur après un entretien

Vous vous demandez si vous devez également relancer un recruteur après un entretien d’embauche ? Si passé un certain délai, vous n’avez toujours pas de réponse, alors oui. Même s’il est probable que le directeur de l’agence ait reçu une multitude de postulants, le fait de l’avoir rencontré en personne lors d’un entretien de recrutement prouve son intérêt initial. Souvent, les décisions de favoriser tel ou tel candidat, ne se joue que sur très peu d’élément.
Une relance suite à un entretien, n’est surtout pas à construire de la même façon qu’une relance en vue d’une première rencontre. L’objectif et le but de celle-ci conditionne entièrement la manière dont elle doit être rédigée.